Développement et sécurité alimentaire : Les femmes prennent les devants à Ouaga

A l’occasion des journées de l’entreprenariat féminin, des femmes soucieuses du développement se sont donné rendez-vous à la maison de la Culture Jean-Pierre-Gingané à Ouagadougou autour du thème « Femme et développement agricole au Burkina Faso : productrice et transformatrice au cœur de la sécurité alimentaire ». Pendant trois jours – du 29 mars au 1er avril- elles réfléchiront sur différents thèmes en lien avec le développement et la sécurité alimentaire.

Plus d’une centaine de femmes du Burkina, du Mali et de la Côte d’Ivoire posent, depuis jeudi 29 mars, la problématique du développement de leurs pays et partant de la sous-région et du continent à l’occasion des journées de l’entreprenariat féminin.

Ces journées constituent une plateforme de partage d’expériences, d’acquisition de nouvelles connaissances, de discussions avec les partenaires techniques et financiers pour davantage explorer les pistes d’accompagnement à l’investissement pour ces femmes, toutes actives dans l’entrepreneuriat ou en voie d’entreprendre, notamment dans le domaine de la production ou de la transformation alimentaire.

Il s’agit aussi, explique la promotrice Aïcha Dabré de l’activité, de donner de la visibilité et de l’assurance à la promotion de l’entrepreneuriat féminin au Burkina. Selon la représentante de la ministre Marie Laurence Marshall, l’entrepreneuriat féminin, constitue l’un des moteurs clés pour l’autonomisation économique de la femme, toutes choses qui présentent des effets bénéfiques sur la croissance économique.

D’ailleurs, ajoute-elle, « plusieurs études ont démontré que le développement des activités économique des femmes peut être une source de création d’emploi et de richesse générant ainsi pour la nation une croissance économique plus forte, inclusive et plus équitable ».

C’est pourquoi des stratégies sont mises en œuvre par le gouvernement burkinabè à travers des projets et programmes pour que l’autre moitié du ciel puisse jouer son rôle d’actrice au processus de développement du pays.

« L’un des objectifs du ministère de la Promotion de la Femme est d’ailleurs de développer un entrepreunariat féminin dynamique, compétitif, diversifié contribuant à la réduction de la pauvreté des populations ; et les journées de l’entrepreneuriat féminin contribueront, à n’en pas douter, à l’atteinte de cet objectif », a-t-elle elle remarquer.

Pour Aicha Dabré, la promotrice de l’évènement, c’est tout simplement un rêve, le rêve de voir la femme prendre toute la place qui est la sienne, dans un monde où elle porte la moitié du ciel et la quasi-totalité de la vie sociale sur ses épaules.

Internews-Burkina

Posted in Actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *